Cette rubrique propose une sélection de messages concernant l'actualité internationale de l'activité curatoriale, artistique et intellectuelle.

Table ronde - « Art et mondialisation »

Le mercredi 23 mai 2007 de 18h00 à 20h00

Table ronde animée par Stephen Wright, dans le cadre du programme de recherche « Art et mondialisation » de l’INHA
Présentation du catalogue de la XVe Biennale de Paris

Le catalogue de la XVe Biennale de Paris vient de paraître. Publié dans le cours de cette biennale qui a lieu du 1er octobre 2006 au 30 septembre 2008, ce catalogue a un statut et une fonction différents des almanachs qui accompagnent les grandes manifestations artistiques.

Comme la Biennale de Paris n’est plus une exposition, mais desormais un dispositif rassemblant une centaine de projets a tres faible coefficient de visibilité artistique, le rôle du catalogue consiste tout à la fois de documenter et d’activer ces projets hétérogènes. Il s’agit donc, en quelque sorte, d’un document performatif.

La Biennale de Paris elle-même fut initialement créée en 1959 à l’initiative d’André Malraux. Après une interruption entre 1985 et 2000, elle a été réactivée par une association éponyme. Depuis 2000, tout en restant fidèle aux objectifs fixés par Malraux, la Biennale de Paris s’efforce de tenir compte d’un contexte artistique très différent, à un moment où l’art traverse une crise axiologique et épistemologique dont la profondeur est comparable à celle de la Renaissance. En « rupture avec les conventions de l’art aujourd’hui épuisées, la Biennale de Paris affirme un nouveau statut de l’art. Elle est pensée depuis des pratiques actives dans le réel à tel point qu’on ne peut pas toujours les distinguer de ce qui les entoure. » Comment définir ce nouveau statut et cette quasi invisibilité de l’art ? En conférant un coefficient de visibilité artistique aux pratiques qui cherchent à s’y dérober, le catalogue ne joue-t-il pas un rôle paradoxal ? En repensant les formes d’apparition d‚art aujourd’hui, la Biennale de Paris 2006 affirme-t-elle avant tout une rupture ou une continuité avec son histoire ? Ce sont toutes ces questions qui seront abordées lors de cette rencontre.

Avec : Alexandre Gurita (Directeur de la Biennale de Paris), Alexander Koch (historien de l‚art), Elisabeth Lebovici (critique d‚art), Richard Leeman (INHA), Jean-Marc Poinsot (INHA).

Plus de détails : www.inha.fr/spip.php ?article1483

Institut national d’histoire de l‚art 2 rue Vivienne 75002 Paris


 

Contact | SPIP | Conception