Titre



Titre





Titre

THE INSTANT ARCHIVE

C’est un peu emprunté comme titre, non ?

Lucile Bouvard

fr/en

Le titre The Instant Archive*, malgré la proximité qu’il entretient avec le contenu du site de la Session 17, n’a pas été imaginé spécifiquement à cet effet. Il a été méticuleusement choisi par nos soins au sein d’une liste de titres gratuitement disponibles sur le site de l’artiste mexicain Stefan Brüggemann.

Mêlant opérations conceptuelles et réflexion sur le langage, la pratique de Brüggemann prend la forme de courtes phrases, simples assertions, qui déplacent la focalisation du spectateur au-delà du mur où elles se trouvent, vers un espace mental figuré. « Les mots de l’artiste sont siens, les images résultantes ne sont pas contrôlées par lui, mais par l’acte de perception du spectateur » [1] les recréant.
Loin d’établir son travail sur une base référentielle, comme c’est le cas actuellement chez bon nombre d’artistes héritiers de l’art conceptuel (Mario Garcia Torres, Jonathan Monk), Brüggemann constitue par ces "statements" un espace en marge, ouvert par une potentialité dialectique qui se clôt presque aussitôt. « Nothing is impossible, Nothing is possible (even nothing changes) ». Cette mécanique d’ouverture et de fermeture, ainsi que l’auto-référentialité ambigue qu’elle déploie, produit une tautologie en demi-teinte seulement à demi efficiente. Les "statements", souvent matérialisés sur le mur par une typographie Arial et un corps de texte prédéfini, prennent parfois la forme de mots en néons. Focalisant la vue du spectateur, ils éclairent alors de leur sens l’espace d’exposition, transposant la radicalité noire et frontale des textes Arial dans une atmosphère éthérée.
Une ambiance que l’on retrouve circonscrite et sous un jour coloré dans les « Obliteration ». De grosses ratures à la fois sculpturales et picturales, que leurs néons aux couleurs chamarrées et leurs traits stricts, semblent maintenir entre accents pop et noirceur punk.

Le titre The Instant Archive, sélectionné par la session 17 a été choisi pour son ironie manisfeste et pour sa proximité avec les axes de réflexion présentés sur le site. La forme de ce dernier a été elle-même fortement influencée par le contenu de la recherche qu’il retrace. Son vocabulaire graphique et son organisation souligne l’intérêt, né au cours de la recherche sur l’activité et la collection d’Annick et Anton Herbert, pour les archives et les systèmes de classification (index, inventaires, répertoires). Des préoccupations que l’on retrouve dans l’esthétique de nombreuses pièces conceptuelles qui fondent la collection.
Par la sélection du statement de Brüggemann, la session 17 a inclus l’artiste au sein du projet curatorial du site. Le titre devient une œuvre éponyme, alors que son créateur, selon les conditions qu’il a lui-même fixées à ce prêt, intègre la liste des artistes et crédits du projet.
La valeur d’exposition du titre se double de celle de l’œuvre et de la visibilité qu’elle permet à l’artiste. Stefan Brüggemann, à ce jour encore non informé, découvrira sa participation à la réception de la newsletter d’annonce du site, alter ego cybernétique du carton d’exposition.
Fine entreprise stratégique, que cette liste de titres, qui sans qu’il en ait sollicité la faveur, ouvre à Stefan Brüggemann la possibilité de s’immisser dans les expositions…

* The Instant Archive, #309, by Stefan Brüggemann

http://www.stefanbruggemann.com/main.htm

The title of the session 17 site has been borrowed from the mexican conceptual artist Stefan Brüggemann. Through his interested in « Words That Becomes Pictures » and « Pictures That Becomes Words » », he creates simple short statements. Those sentences, which the signification is controlled at first by the artist, influence the viewer in the act of perceiving and develop in his own head some new images. Their contents open some dialectic spaces that they immediatly close themselves. « Nothing is impossible, Nothing is possible (even nothing changes) ». Wholly in regard of themselves, they remain kinds of half tautology. Brüggemann very close to conceptual art, however he doesn’t create his work in reference to it, as some others current artists do, but by buiding a conceptual position.

The session 17, has chosen the title The Instant Archive* because of it’s proximity to the subject (the Herbert collection) and the materials of the research, which are themselves related to the internet site’s working. The site’s organisation is inspired by the conceptual contents of the Herbert collection. It questions systems of classification and uses a graphic vocabulary very close to what Benjamin Buchloh called the « admnistrative esthetic » of conceptual art.
As required by conditions of use for borrowing his titles, Brüggemann is quoted in the list of artists and credits of the curatorial project of this site. He isn’t yet aware of this, but he will be informed by a announcement mail for the site launch, which is a cybernetic alter ego of the traditional invitation card.
Thus, he found a way to hold the limelight, or maybe it was us that gave it to him, inspired by the system of possibility that he created…

* The Instant Archive, #309, by Stefan Brüggemann