Mapping





Mapping

Frida Carazzato
(fr / it)

La collection d’Annick et Anton Herbert est le sujet sur lequel nous avons été invitées à travailler cette année. D’abord nous nous sommes questionnées sur la possibilité de poursuivre une recherche et par la suite produire un projet curatorial sur une collection aussi spécifique. Si d’un côté les artistes normalement associés à la figure du curateur n’ont pas été l’objet direct de notre projet, de l’autre coté la possibilité de travail sur la Collection Herbert a souligné notre expérience sur les pratiques curatoriales envers les œuvres, les documents, le concept de collection et le positionnement du curateur dans le côté privé, quasiment intime, d’une collection qui s’apprête à devenir publique.
Nous avons commencé par étudier le sens général du concept de collection, avant d’essayer de définir la nature de celle des Herbert : dès cette recherche préliminaire, notre parcours de travail a pris une forme particulière : la lettre-vidéo. La forme spécifique de ce dialogue instauré entre le collectif et les collectionneurs, a permis d’instaurer des liens et des relations avec les différentes informations issues de nos recherches, et l’identification d’une série de problématiques spécifiques à déployer. Dans chacune de nos phases de travail, nous avons cherché à cerner ce qui pouvait nous caractériser en tant que curatrices, tout en nous appuyant sur cette approche spécifique pour élaborer progressivement la définition de notre projet à partir du matériau formé par la collection Herbert. Vue l’importance du document dans le sens de la collection et le projet d’ouverture prochaine d’une fondation envisagé par les Herbert, nous avons décidé de nous concentrer plus spécifiquement sur leurs archives.
Deux axes sont visibles dans notre recherche : d’un côté la dichotomie privé/public mise en évidence par nos discussions avec les collectionneurs et la notion d’accès aux œuvres et aux archives par le public qu’elle implique ; de l’autre la question du sens de l’histoire à travers l’étude des différentes périodes de la collection Herbert, et leur inscription dans un contexte artistique et plus général. Nous avons alors élaboré une méthodologie spécifique basée sur l’élaboration d’un vocabulaire déterminé aux références philosophiques et historiques précises, ainsi que sur l’utilisation du mapping pour visualiser les étapes de notre réflexion et l’élaboration d’une pensée en mouvement à travers les liens et ramifications possibles entre les concepts.

Parcourir le schéma.

La collezione di Annick e Anton Herbert è il soggetto sul quale siamo state invitate a lavorare quest’anno. Abbiamo avuto l’opportunità di confrontarci sulla possibilità di condurre una ricerca e di produrre un progetto curatoriale su una collezione così specifica quale quella degli Herbert. Se da un lato gli artisti, comunemente investiti nel rapporto con il curatore, non sono stati l’oggetto diretto del nostro progetto, dall’altro lato tale soggetto ha focalizzato la nostra esperienza sulle pratiche curatoriali nei confronti delle opere, dei documenti, del concetto di collezione e il ruolo giocato dal curatore chiamato ad intervenire nella sfera privata di una collezione.
Il nostro lavoro è iniziato percorrendo il senso generale di “collezione” per giungere alla peculiarità di quella Herbert e in ogni singola fase abbiamo cercato di comprendere e di considerare quale era l’elemento che in tale percorso poteva caratterizzarci : ne sono un esempio le lettere-vidéo che abbiamo realizzato per instaurare un dialogo con i collezionisti.
Se da un lato la possibilità di confrontarci con i protagonisti della nostra ricerca ci ha permesso di porre come punto di partenza la dicotomia pubblico/privato, vista l’intenzione di aprire in un futuro prossimo una fondazione che possa rendere accessibile la collezione e i suoi archivi, dall’altro lato abbiamo ripercorso a ritroso la storia cercando di evidenziare gli elementi che caratterizzano i periodi artistici propri alla collezione. Vista l’importanza del documento all’interno della collezione, abbiamo scelto di lavorare sugli archivi adottando due metodologie : l’adozione di un determinato vocabolario e di specifici riferimenti storico-filosofici e l’utilizzo di una sorta di mapping che possa situare le tappe e rappresentare di volta in volta i punti cruciali, le biforcazioni e le relazioni tra i termini utilizzati mostrando il movimento del pensiero nel passaggio da un concetto all’altro. Abbiamo scelto la forma di un grafico per memorizzare e rendere atto di un percorso mentale e di ricerca che ci ha condotte alla definizione di un progetto specifico. I concetti incontrati sono stati posti sul tavolo, sono stati esplorati e messi in discussione sia attraverso il confronto dell’uno con l’altro, sia in parallelo con il soggetto stesso della “la collezione”.

Percorrere il grafico.