Lucile Bouvard


L'Eidos Cinéma À nous deux, maintenant À nous deux, maintenant À nous deux, maintenant Mes illustres inconnus



L’Eidos Cinéma

retour/back  Version imprimable de cet article Imprimer / Print

Sélection de pièces
5.04.2008


L’Eidos Cinéma
Vidéo 7 min, 2006-2007

« La scène se passe dans une salle, une pièce sombre dont vous discernez tout juste les contours. Provenant de dehors, une lumière inonde la pièce. Il y a donc à proximité de l’endroit une rue, peut-être une grande artère avec ses réverbères. Il se peut que vous entendiez le passage récurrent des voitures.
Flux continu, filtré à travers la fenêtre. Ecoutez ce bruit devenir une rythmique…
Un métronome parfaitement calé. Ce son est devenu le pouls de la ville. Soudain il faiblit, puis s’interrompt. (…) »

L’Eidos cinéma est une sorte de film sans image, de voix-off sans son, un simple texte essaimé par un narrateur (est-ce l’artiste ?). La vidéo composée d’une seule et même scène décrit l’entrée d’une femme dans une pièce. Le récit est en fait est une suite de non-actions, de gestes sans conséquence qui n’aboutissent sur aucune intrigue spécifique. Interpellant directement le spectateur, son narrateur s’amuse à dévoiler au fur et à mesure qu’il les déploie les procédés narratifs qu’il met en place pour guider et influencer sa lecture.

À nous deux, maintenant
Vidéo 3min, 2007

Noir. Au fond de l’écran apparaît une toute petite pointe de lumière. À mesure que le temps passe la tâche s’agrandit et prend forme. On voit se dessiner la silhouette d’une femme qui se précise à mesure qu’un lent zoom la rapproche de l’objectif. Le temps semble s’étirer.

Mes illustres inconnus
Série de photos et textes sous verre, 2007

« Un jeune homme accroupit au sol, de profil, le dos appuyé contre ce qui pourrait, ou pouvait, être un banc. (…)
Une ombre voile son visage, mais le peu que j’en discerne clairement donne à voir des traits nets et agréables.
En tout cas, agréables pour moi... »

extrait d’un des textes de Mes illustres inconnus.